agglomérés

Mariage, arrimage, gravure, marbres, dilatements, pâleurs, élongations, printemps, automne, amarres, un toit en pente, un lit glissant, deux tables d’en-nuit, une immense armure, un bataillon d’armures enchevêtrées au-dessus des agglomérations, et à chaque fois deux glaives, mais une seule épée, suspendue, fragile, verticale, au-dessus du cercueil, et les éperdus électriques, les amants nus devenus ombres, l’est-perdu, l’anesthésiant pour les dents est prêt, le s’être-mangé-la-langue.

D’où vient la folie ? La dévastation du battre ? Qui dirige l’encoconcarapaçonnement ? Terreur, terrifiés et terroristes : civilisation des lisses, ferveur des flasques, orgasmes à l’équerre, socialeuse-batteuse, grande coalition du caramel mou.

Et voici qu’arrivent les aides-soignants, que la sève sèche, que le soleil brûle la peau, partout des poutres, du coma, un pore après l’autre, obturation du nez, choc respiratoire.

 … espèce à rêves droits, espèce à clous, espèce à survie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *